Mon bocal.

Toute mon adolescence était enfermée dans un bocal. 



Mon obsession de regarder à travers du carreau en imaginant que j'étais déjà dehors, puisque la realité semblait s'approcher de temps en temps. Ma perception endormie de tout cela qui se passait autour de moi, froide et éloignée à cause des murs transparents et chaque fois plus proches. Cette bocal insuffisante et doloreuse qui annonce qu'elle va se casser tôt, en me jettant dans un monde qui attend ouvert et plein d'oxygène, dans lequel je nagerai en toute liberté, mon corps fait complètement d'âme.

Leave a Reply

¡Muchísimas gracias!