You're so great.

Aujourd'hui était né gris et froid et un peu seul. 
Allongée sur le canapé je lisais ma théorie d'occasion 
réfugiée sous le triangle que mes bras faisaient avec le livre, 
et à la vingtième page je me suis endormie 
comme si quelqu'un m'avait jetée dans un océan d'eau tiède et lourde 
qui m'empêchait d'ouvrir les paupières. 
Et là, tu m'as embrassée une fois encore. 
Comme chaque fois que je ferme les yeux, comme chaque fois que je les ouvre. 
Mais cette fois-ci mon cerveau a voulu se moquer de moi encore plus, 
et la sensation a été tellement réelle 
que je me suis réveillée sans souffle avec ton goût encore sur mes lèvres. 
Puis je me suis retournée et rendormie. 
Parce que si dans une journée grise et froide et seule 
t'es capable d'apparaître si doucement pour m'embrasser, 
alors... bon, je crois que je préfère ne pas me réveiller.

2 Responses so far.

  1. Chiliribíris, muy bonito, pero te faltan muchas concordancias verbales, amor mío :)

  2. gato says:

    Quién fuera ensoñación consciente, a la sazón partícipe felicísima de tan sensualmente lánguida situación. Aunque mucho mejor piel... bien sûr.
    Mi francés es... lo que es, o sea poquita cosa; pero aun así este texto me está dando muchos motivos de gozo.
    Gracias, gracias por tus palabras; donde quiera que las dejas.

Leave a Reply

¡Muchísimas gracias!